En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Votre coach à Dieulefit

COACHING PROFESSIONNEL
(coaching d'équipe, personnel, de vie...)



- Santé et bien-être
- Famille
- Professionnel
- Argent
- Spirituel
- Développement personnel
- Cercle social et amitiés


Le coaching personnel est centré sur l'individu et la réalisation de ses objectifs. Contrairement au coaching professionnel où l'employeur paie la prestation, la démarche vient du particulier qui en assume également le financement.

 

Le coaching personnel intervient dans des domaines très variés :

  • Bien-être et santé : suivre un régime, se défaire d'une addiction, mieux gérer son stress et ses émotions...
  • Développement personnel : développer sa confiance en soi, améliorer son image de soi, apprendre l'assertivité...
  • Développement professionnel : orientation, réorientation, recherche d'emploi, reconversion...  
  • Etc.

Un coaching personnel peut ainsi se révéler bénéfique à tous les moments de votre vie privée. Le tout est de trouver le bon coach avec qui établir une relation de confiance.


Prix du coaching personnel

Comptez entre 45 et 150€ environ la séance de coaching personnel d'une heure.
 

Prix d'un coaching professionnel

Le coaching professionnel ou d'entreprise, même s'il est individuel, est généralement pris en charge par l'entreprise. Les prix des séances varient entre 150 et 300€/h environ.

Le coaching est un métier qui repose sur un savoir être et un savoir-faire beaucoup plus que sur un ou des savoirs. La supervision permet au coach de disposer d'un lieu où il peut se rendre lorsque la problématique du coaché le renvoie à ses difficultés personnelles. Généralement, le coach rencontre son superviseur une fois par mois. Il peut alors aborder tous les sujets lui permettant d'améliorer sa pratique professionnelle : les cas où il a l'impression de ne pas savoir quoi faire avec son coaché, des aspects théoriques lorsque le superviseur approfondit certains points en formation particulière, parfois aussi des cas de conscience liés à la déontologie.

Charte éthique

coach.png
 

Ma pratique au quotidien : Accompagner le changement souhaité... 

 

auprès d’entreprises (prise en charge Plan de Formation ou/et OPCA, CPF possibles)

 

- Team building (Construction d’équipe) :

Posture professionnelle, Adaptation à la nouvelle Loi sur la Formation professionnelle, 
avec photo langage, PNL, Analyse Transactionnelle…
 

- Accompagnements personnalisés


auprès de particuliers
Accompagnement de situations de vie : quête de sens, réorientation professionnelle, modification de la cellule familiale…
 

- Postulant à la Société Française de Coaching (www.sfcoach.org)

 

- Supervision en équipe pluridisciplinaire de mes coachings par un Psychiatre spécialiste ACP (Carl ROGERS)

 

Pendant mon cursus de formation...

  • J’ai coaché un Monsieur stagiaire,

    (mon analyse PCM : persévérant et travaillomane vs empathique et promoteur)
    Maîtrise, maîtrise !
    Nous étions alors en train d’appréhender et d’essayer d’appliquer méthodiquement le Protocole, les yeux rivés au prompteur… Je crois que nous nous sommes pas mal synchronisés sur fond professionnel. Mais la demande me paraissait surfaite et, fort de mon expérience « d’avant », j’ai eu du mal à me détacher d’une posture de « sachant » (ne pas perdre la main !).
    En trois séances, l’affaire était pliée et J. me remerciait gentiment de mon aide. J’ai compris là l’importance du Protocole, qui, si on le respecte, permet au moins de ne pas faire de dégât chez le coaché.
 
  • J’ai été coaché par une Dame stagiaire,

    (mon analyse PCM : empathique et travaillomane vs empathique et promoteur)
    Émotions, que d’émotions…
    Là aussi, forte synchronisation mais sur l’autre côté du sujet ; on nous avait dit que l’on pleurerait chacun notre tour… c’est là que j’ai pris le mien. J’ai l’impression d’être allé au bout de mes émotions, sans retenue : une vraie expérience rare.
 
  • J’ai coaché une Dame stagiaire,

    (mon analyse PCM : rebelle et promoteur vs empathique et promoteur)
    … on tourne en rond…
    C’est ce que P. m’a dit à la troisième séance. En phase de questionnement et de recherche sur ce que je voulais vraiment (entré récemment en « hiver » après avoir longtemps négocié des « mini transitions » avec moi-même) je ne pouvais pas être à son écoute : je « perdais la main » et me noyais dans mes émotions…
 
  • J’ai été coaché par une Dame stagiaire,

    (mon analyse PCM : travaillomane et empathique vs empathique et promoteur)
    Maîtrise et émotion.
    Ma collègue, avec rigueur et détermination, et une bonne maîtrise du Protocole, m’a aidé à me mettre en mouvement. J’ai enfin pu commencer à identifier des émotions que j’évitais depuis longtemps et à les accepter en tant que telles. Là, c’est moi qui ai souhaité interrompre les séances : mon objectif initial en cachait un autre qui se révélait au fil des entretiens et j’avais besoin de « reprendre au début ». Je pense que j’ai quelque part malmené ma coach qui n’imaginait peut-être pas que je pouvais me remettre en question à ce point…
 
  • J’ai coaché une Dame, dans la vraie vie, avec une vraie demande

    (mon analyse PCM : persévérant et empathique vs empathique et promoteur)
    Première expérience avec une voisine qui, bien que dubitative (les gens ne savent pas ou mal ce qu’est le coaching) avait une vraie question sur laquelle elle voulait vraiment travailler.
    Le protocole commence à être maîtrisé et les différents outils permettent de balayer la situation présente et de définir l’objectif. C’est avec A. que j’aurai pour la première fois l’occasion d’associer à mon initiative « maîtrise et émotions »…
 
  • J’ai été coaché par une « pro », ça a été pour moi le « point d’orgue »

    Objectif  de séance : Être capable de ne plus « monter dans les tours », de ne plus me laisser envahir émotionnellement… de lâcher prise…
     
    C’est là que j’ai pris conscience que je n’étais pas aussi associé que je le croyais, que j’étais dans le concept, voire dans le fantasme, plutôt que le concret et le réel et que j’avais transféré une bonne partie de ma/mes responsabilités aux autres...
    Je mesure que je n’ai pas à faire endosser ni assumer ma responsabilité à l’autre. Je suis responsable et mes actes en sont l’expression.
    Quand P. me dit qu’on tourne en rond, ce n’est pas parce qu’elle n’a rien compris, c’est parce que ce n’est pas moi qui guide tout en restant en position basse.
    (Position haute : sachant - Position basse : écoute active)

    J’ai commencé à mesurer que l’autre est « grand » (adulte) et qu’il a au moins autant de légitimité que moi dans ce qu’il dit et fait. Il a sa propre carte du monde et même si elle est différente de la mienne elle n’en est pas plus fausse et je n’ai pas à le convertir à ma vision.
    J. ne voit pas les choses comme moi et ça me bloque. Si je l’acceptais, ça ne remettrait pas en question ma vision mais ça me permettrait de l’aider à approfondir la sienne et à « faire un pas de côté » pouvant l’aider à atteindre mieux son objectif.
     
    Deux réflexions me concernant et pointées à ce moment-là :
    (AT) Positions de vie : OK/Non OK
    C’est le début de la bienveillance que d’être, de faire en sorte de le rester et d’aider l’autre à se mettre en position OK/OK
    (PNL) Mtamodèles : je suis beaucoup dans les suppositions et les généralisations.
    Le fait de le savoir et de le comprendre doit me permettre de faire moi-même ce « pas de côté »
 
  • J’ai rencontré une « vraie » coach, qui a « viré » dans la psychothérapie

    Elle m’a dit que mon sujet de mémoire était un très joli sujet et que j’allais me régaler… ce qui est vrai, mais surtout, j’ai pu formaliser avec elle tout ce que je suis en train d’écrire.
    Au-delà de ça, elle m’a redit que les gens ne savent pas ce qu’est le coaching et que, pour être efficace, elle avait choisi de se former sur des axes thérapeutiques (approche généalogique, sophrologie…) pour « avoir des clients » mais qu’elle utilisait le Protocole et les outils du coaching tout le temps et, comme par hasard, régulièrement le Cercle des émotions pour favoriser la mise en mouvement.
 
  • J’ai coaché une Artiste, créatrice de poteries

    (mon analyse PCM : rêveur et rebelle vs empathique et promoteur)
    Là encore, l’association « Maîtrise et Émotions » prend son sens et éclaire ma démarche de coach : c’est à partir de ce moment que j’ai décidé de rajouter, pour chaque entretien de coaching, « mon analyse PCM ». Cela m’aide et me permet d’appréhender l’autre pour favoriser nos échanges, en me référant à la méthode de Taibi Kahler, en tant « qu’outil de communication et modèle de découverte et de compréhension de sa propre personnalité et de celle des autres ». Je suis loin de le pratiquer « professionnellement » mais cela participe, je pense, de la maîtrise que doit acquérir le coach pour pouvoir permettre aux émotions (du coach comme du coaché) d’avoir un effet positif (et vertueux) et de favoriser ainsi le changement voulu au lieu de le freiner.
  • En l’occurrence, cette prise de conscience me permet de voir et de ressentir chez Ar. l’envie qu’elle a de savoir « pourquoi » elle agit comme ça, avec une demande qui pourrait être de l’ordre thérapeutique après, ou à la place, d’une demande d’accompagnement vers un changement désiré.
 
  • J’ai coaché une Éducatrice Spécialisée 

    (mon analyse PCM : empathique et persévérant vs empathique et promoteur)
    Une nouvelle expérience intéressante par le fait qu’un Éducateur Spécialisé est réputé (et formé dans ce sens) pour être un « sachant ». C’est donc en toute humilité et presque gêné que j’ai abordé la première séance. Inutile de dire que cela aurait été impossible pour moi si elle n’était pas arrivée après toutes les autres étapes décrites ci-dessus et le cheminement personnel que cela m’a permis.
    De plus en plus sûr de l’intérêt et du sens du Protocole, au-delà d’une relative maîtrise des questionnements adaptés aux étapes, j’ai pu, non seulement réaliser déjà deux entretiens mais également constater comment S. est entrée dans le jeu. Jeu dans les deux sens du terme puisque nous avons utilisé la Position Méta et S. a été « bluffée » du vrai « pas de côté » que cela lui avait permis ; et pour autant les émotions étaient bien là…
 
  • J’ai échangé avec une « horse » coach

    Hyper branchée Éthologie et RAMA (Relation d’Aide par la Médiation Animale) avec une formation psy juste avant le Master, stoppée par la naissance de ses premiers jumeaux…
    Il y a de la Maîtrise là-dedans, mais il y a de l’émotion : qu’est ce qui peut nous légitimer pour accompagner des gens dans un changement ?
    Sa réponse c’est : le client et la relation qu’on a su instaurer avec lui en le respectant dans ce qu’il est, à condition qu’il ait une vraie demande et qu’on ait pu l’aider à la formuler…